gestion des émotions :3 outils imparables pour apaiser les enfants

Gestion des émotions : 3 outils pour aider l’enfant à s’apaiser

Les enfants sont plein de vie et débordent d’énergie. Ils vivent régulièrement de grosses frustrations et ont du mal à s’apaiser. Aussi, ils ont besoin de bouger, d’explorer, et de se dépenser. Et il n’est pas toujours facile de savoir comment les aider à canaliser ou à réguler leur énergie dans un moment d’excitation ou de frustration intense. Si comme moi vous aimeriez connaître des outils pour aider les enfants dans la gestion de leurs émotions, je vous invite à lire la suite de cet article.

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs “mes 3 outils imparables pour apaiser les enfants !” du blog Les activités en pédagogie. J’apprécie particulièrement ce blog qui vous donnera de bons conseils et astuces pour mieux gérer les conflits avec les enfants au quotidien et leur apprendre à gérer leurs émotions. Vous y trouverez également de nombreuses idées d’activités à faire avec les enfants. Je vous invite à aller parcourir ce site et tout particulièrement cet article : Pardon, c’est du bull-shit ! Les excuses qui ont tort….

Ce qui m’a conduit à chercher des solutions pour accompagner mes enfants dans la gestion de leurs émotions

Quand mon fils de 5 ans est submergé par ses émotions, il lui est souvent très difficile de les canaliser, car il les vit de façon très intense. Samuel est un enfant épileptique (j’en avais déjà parlé dans un précédent article). Et cela génère chez lui de la fatigue, du stress, et aussi par moment de grosses difficultés à gérer ses émotions, ce qui peut se traduire par de l’agressivité. Ou plus exactement par des pulsions agressives extrêmement difficiles à contenir pour lui.

un enfant s'enfuit dans un coussin pour déverser sa colère.


Nous avons déjà essayé beaucoup de choses. Nous sommes des parents très à l’écoute de nos enfants. Alors, nous tentons d’ouvrir le dialogue, essayons d’échanger avec lui, de comprendre ce qu’il vit, de l’envelopper dans nos bras pour le contenir et faire redescendre la pression… Bref, malgré nos efforts, et nos nombreux essais-erreurs, cela n’a jamais été évident de trouver LE moyen qui lui permette VRAIMENT de s’apaiser.

Et depuis quelque temps, j’ai fini par trouver des outils, que je tenais à partager ici avec vous.

# L’histoire à écouter

Si je devais choisir 1 outil qui a VRAIMENT le pouvoir d’apaiser mon fils, l’heureux gagnant serait l’histoire. Mais pas n’importe laquelle…

Même si le livre a toujours été un support que Samuel a beaucoup de plaisir à manipuler, à regarder et qu’il aime énormément qu’on lui fasse la lecture depuis qu’il est bébé, ce n’est pas de cet outil dont je vais vous parler aujourd’hui. Je vais vous parler ici des histoires à écouter.

Depuis qu’il a deux ans, Samuel est abonné au magazine pour enfants « Histoires pour les petits » qui regroupe chaque mois trois grands récits. Ce que j’apprécie particulièrement avec cette revue, c’est que deux choix s’offrent à vous. Soit, vous pouvez lire les histoires à l’enfant à haute voix, soit vous pouvez lui proposer de les écouter, grâce à un CD qui est offert avec le magazine.

Les histoires à écouter pour les petits.


Quand Samuel reçoit son magazine chaque mois, il a toujours hâte qu’on lui fasse la lecture. Et dans un second temps, il a énormément de plaisir à écouter l’histoire confortablement installé dans un fauteuil, dans son lit, ou parfois même le soir en prenant son bain.

Et lorsque ses émotions le submergent et qu’il ne parvient plus du tout à se contenir, je le prends désormais dans mes bras pour le contenir, et, je le porte jusque dans sa chambre, où il accepte généralement de s’installer pour écouter ses belles histoires. Il écoute un ou deux CD d’histoires. Puis, il revient apaisé, et détendu.

Et puis, au fond, quoi de mieux que de belles histoires à raconter ou à écouter pour apprendre à mieux vivre ses propres émotions…

# La méditation

La méditation est une activité que j’ai pu expérimenter moi-même assez récemment. Je pratique aussi le yoga depuis quelques années et quand on m’a proposé un stage de méditation, c’est avec plaisir que j’ai accepté de découvrir cette pratique de « bien être » si complémentaire. À chaque fin de séance, je me sentais plus calme et plus apaisée. Et cela m’a vraiment aidé au quotidien à mieux accueillir les émotions qui me traversaient. Voilà pourquoi j’ai voulu essayer cette pratique avec mes enfants.

OK, mais qu’est-ce que la méditation au juste ?

La méditation est une pratique qui nous invite à focaliser notre attention sur le moment présent par le biais de notre respiration. La méditation de pleine conscience est la forme de méditation la plus connue. Elle nous aide à prendre conscience du moment présent et des émotions qui nous traversent à « un instant T ». Elle consiste à prendre un moment pour observer ce qui se passe en nous (émotions, pensées, sensations internes), ou autour de nous (bruits, odeurs, sensations extérieurs…)

Quand je me suis rendue compte à quel point, le fait simplement de respirer et de prendre conscience de sa respiration pouvait avoir un impact positif sur mon état d’esprit, je me suis mise alors à la proposer à Samuel lorsqu’il rencontrait une difficulté à gérer ses émotions.

Un jour, alors qu’il venait de vivre un conflit avec son père, je me suis mise à sa hauteur. Puis, je l’ai regardé, et je lui ai dit doucement « Samuel, respire, ». Et c’est tout naturellement qu’il l’a fait et qu’il a réussi à se calmer. Puis, après cela, le dialogue a pu se faire. Il a pu retourner voir son père pour exprimer ce qu’il avait ressenti dans la situation précédemment vécue.

Méditer avec les enfants

La méditation est un outil simple et efficace. Elle s’adapte parfaitement aux besoins des tout petits comme des plus grands. De plus, elle leur procure des bénéfices et des effets validés scientifiquement. Grâce à la méditation, ils parviennent à se détendre et à chasser les sources de stress ou les émotions qu’ils ont du mal à apprivoiser pour faire place à plus de sérénité et de calme intérieur.

Ainsi, les enfants apprennent progressivement à s’écouter, à ressentir et à nommer leurs émotions. Ils les accueillent alors et parviennent à mieux les réguler. Ils comprennent alors davantage ce dont ils ont besoin pour être bien.

Par exemple, il arrive à Samuel d’aller s’isoler dans sa chambre, de lui-même, pour retrouver son calme intérieur quand il en ressent le besoin. Il va alors spontanément chercher un livre ou s’installe avec une activité comme un jeu de construction pour se ressourcer. Et quand ce temps pour lui a été suffisant, il vient nous retrouver, apaisé, pour passer du temps avec nous.

Les enfants ont souvent plus de facilité que les adultes à vivre le moment présent. Ils sont spontanés ! Ce qui est vraiment aidant pour pratiquer la méditation.

Calme et attentif comme une grenouille

Il y a quelque temps, j’ai découvert un ouvrage que je souhaite partager avec vous dans cet article. Il s’agit du livre Calme et attentif comme une grenouille d’Éline Snel. Ce livre est devenu le livre numéro 1 de méditation pour les jeunes enfants. Il s’accompagne d’un CD MP3 qui propose 15 exercices de méditation à pratiquer avec les enfants. Le livre donne également accès à un code grâce auquel il vous sera possible d’y accéder en ligne depuis une plateforme.

Je m’en sers actuellement tous les soirs, pour accompagner mes enfants au sommeil. Ils aiment beaucoup pratiquer l’exercice « dors bien » de 6 minutes au moment du coucher, juste après le rituel de l’histoire du soir. La voix de la narratrice est douce et apaisante.

Il m’arrive régulièrement de faire cette méditation avec eux. Cela nous aide à nous détendre à la fin d’une journée pendant laquelle nous avons vécu des situations qui nous ont conduit à traverser plein d’émotions différentes. Aussi, cela prépare notre corps au sommeil, et nous permet de vivre ensemble un ultime moment privilégié avant la séparation de la nuit.

Voilà un exemple de méditation que vous pouvez également trouver gratuitement en ligne (et que vous retrouverez aussi dans le livre d’Éline Snel, à titre d’exemple.

# Et si un câlin suffisait ?

Quand un enfant est agité, dispersé ou énervé, je vous invite grandement à lui consacrer un temps juste pour lui. Un instant de quelques minutes à peine peut suffire à l’apaiser. Ce moment précieux, permettra à l’enfant de se sentir exister à vos yeux et l’aidera à exprimer ses émotions dans un espace sécurisant et ressourçant.

Quand un enfant s’énerve, pleure, gémit, crie, tape, … nous nous sentons souvent agacé voir agressé. Nous cherchons alors à le contrôler, à l’arrêter par tous les moyens. Nous sentons le conflit arriver ! Alors nous cherchons à le raisonner, à dialoguer. Et quand l’enfant refuse d’échanger, nous pouvons vite entrer dans des cris, dans un rapport de force, dans une lutte sans fin.

Mais vous êtes vous déjà demandé si l’enfant était en mesure à ce moment précis de communiquer ? Est-il vraiment en capacité de raisonner ?

Non, la majorité du temps il ne peut pas l’être, car il est entrain de vivre une vraie tempête émotionnel. Et dans ces moments-là ce n’est qu’après un temps d’apaisement et de retour au calme que l’enfant (tout comme nous) parviendra à mettre des mots sur ses maux.

Par expérience, je me suis rendue compte qu’il suffisait parfois d’un câlin ou d’un moment de qualité partagé avec eux pour désamorcer une situation conflictuelle. Cela transforme leur source de stress en énergie plus positive, et fini généralement par les aider à s’apaiser.

Comme nous, l’enfant a besoin de « recharger les batteries », quand son réservoir émotionnel est vide. Et plus l’enfant est petit, plus son réservoir a besoin d’être rempli régulièrement dans la journée. Et l’avantage, c’est qu’en remplissant le réservoir émotionnel de l’enfant, on remplit aussi le nôtre par la même occasion. Vous ne trouvez pas ?

Je vous invite ici à lire un article très intéressant du blog « Grandir avec plaisir » de Shirley Maeder. Il s’agit de l’article Le réservoir émotionnel de l’enfant qui, soyez-en sûr, traite vraiment très bien du sujet.

Un câlin, ça contient, ça fait du bien ! Ça aide l’enfant à se rassembler, à retrouver le réconfort nécessaire. En prenant votre enfant dans vos bras, cela le rassure et lui offre l’amour dont il a besoin pour se sentir mieux et retrouver l’énergie nécessaire pour que la vie puisse reprendre son cours.

Nous sommes tous différents, ce qui signifie que nous avons tous un langage d’amour différent les uns des autres. À vous, alors, de décoder celui de l’enfant dont vous prenez soin.

Samuel, lui, a besoin par moment qu’on le prenne dans les bras et qu’on le sert tout contre nous. Mais le plus souvent, ce dont il a besoin, c’est qu’on passe un moment privilégié avec lui en lui lisant des histoires. Là, installé tout contre, sa tête juste posée contre notre épaule, il se laisse porter par le récit et par le son de notre voix. Et cela lui suffit à recevoir toute l’affection dont il a besoin.

Pour aller plus loin, je vous invite à lire cet article intéressant qui explique très bien en quoi le livre est un outil de médiation qui crée du lien entre l’enfant et son parent. Pour le découvrir il vous suffit de cliquer sur ce lien.

En résumé

Dans cet article, je vous ai proposé 3 outils imparables pour apaiser les enfants. Ils vous aideront, je l’espère, à les accompagner dans la gestion de leurs émotions. D’ailleurs n’hésitez pas à partager avec moi en commentaire de cet article VOTRE outil imparable pour apaiser les enfants.

Et si ça ne suffit pas, je vous invite à découvrir sans plus attendre, mon article : Comment fabriquer une bouteille de retour au calme ? Vous y découvrirez comment cet outil pédagogique, peut aider votre enfant à mieux vivre ses frustrations.

Enfin, en complément, n’hésitez pas à télécharger mon e-book gratuit !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager! :)

Vous pourriez également aimer...

13 commentaires

  1. Merci Aline pour cet article qui est est une vrai aide précieuse. Mon fils de 7 ans fait souvent des colères à réveiller tout le voisinage ! Je vais essayer les 3 techniques que tu proposes pour voir laquelle marche le mieux pour lui.

    1. Avec plaisir, Hélène. Qu’est-ce que je te comprends. Je connais ça moi aussi avec Samuel qui a un an de moins. Tu trouveras, j’en suis sûre, l’outil qui lui correspondra le mieux.

  2. Merci pour ces excellentes idées! Les histoires fonctionnent très bien avec mon fils de 7 ans également! Il vit parfois des colères assez intenses, même si cela à tendance à s’améliorer en grandissant, et la première chose qu’il me réclame c’est que je lui lise une histoire. Si je lui propose un câlin tout de suite, il va me repousser, j’ai l’impression que la lecture d’un livre, c’est comme un moyen de rentrer à nouveau en contact avec moi, plus progressif pour lui…

    1. Merci pour ton retour d’expérience personnelle Sophie. Mon fils Samuel qui a bientôt 6 ans réagit vraiment comme le tien.

  3. C’est marrant, j’ai écrit un article à ce sujet il y a quelques jours et je retrouve deux astuces ici! L’histoire et le câlin font partie de mes top 3 pour apaiser un enfant. La méditation…je n’y arrive pas moi-même alors je ne sais pas comment je pourrais transmettre ça à mes loulous! C’est vraiment quelque chose qui me semble inatteignable pour moi!

    1. Ah, et bien les grands esprits se rencontrent. Concernant la méditation, je pense qu’il faut s’écouter. Il existe de nombreux outils. L’important, c’est de choisir ceux qui nous correspondent le mieux.

  4. Ce sont aussi les 3 essentiels à la maison et j’avoue que c’est rassurant de savoir quand ces outils à disposition en cas de besoin !

  5. Oh j’ai ADORÉ la méditation de la grenouille !!! Je vais la passer ce soir à mes enfants ! Merci, c’est vrai que j’y pense depuis longtemps à me mettre (et à les mettre avec moi) à la méditation, probablement depuis plusieurs… années ! Il est temps de sauter le pas, comme la grenouille ^^

    1. Ah! ravie qu’elle t’ait plu ! La voix de la guidante est vraiment toute douce et apaisante pour cette méditation ! Alors oui! une bonne occasion de sauter le pas !

  6. Ma fille de 9 ans m’a expliqué que pour méditer il suffisait de penser au présent. Moi qui pensait que la méditation était trop difficile pour un enfant, il faut croire qu’il s’agissait seulement d’une fausse croyance 😉 Les bisous magiques ne fonctionnent plus mais le câlin reste une valeur sûre 🙂 Surtout, un câlin libère de l’ocytocine, alors autant en profiter ! Merci pour ces bons conseils pour aider nos enfants à être plus apaisés.

    1. Avec plaisir Gladys, merci de partager ici ton échange avec ta fille. En effet, méditer c’est avant tout respirer et être dans l’instant présent. S’accorder une pose pour soi pour se reconnecter à soi.

  7. Merci beaucoup pour cet article que j’ai hâte d’utiliser la prochaine fois que je garderais ma Filleul 😀 Pour ma part la solution qui fonctionne le plus pour le moment: c’est de me poser juste à côté de l’enfant et de le laisser venir à moi (je sais c’est assez simple pourtant quand je le fais ça marche)

    1. Oui, rester présent reste essentiel dans ces moments-là. Merci de le repréciser ici. Pour autant, certains enfants n’apprécient pas qu’on soit trop proche d’eux quand ils sont en colères. C’est le cas de mon petit dernier. Cependant, il est important qu’ils sachent qu’ils peuvent compter sur nous et qu’on sera disponible dès qu’ils seront prêts à revenir nous voir.

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.