ma vision de l'éducation du jeune enfant.

Éducation du jeune enfant : Les 3 livres qui ont changé ma vie


Cela fait désormais une quinzaine d’années que je suis passionnée par l’éducation du jeune enfant. Je dirai même que je l’ai toujours été (au fond de moi). Tant et si bien, que l’intérêt que j’y porte est alimenté, quotidiennement, par de nombreuses lectures. Voilà pourquoi, dans ce nouvel article, je souhaite vous présenter 3 livres qui ont changé ma vie. Et qui ont notamment fait évoluer mon regard sur les jeunes enfants et leur évolution.

Cet article participe à l’évènement « Les 3 livres qui ont changé ma vie » du blog « Des livres pour changer de vie » d’Olivier Roland. J’apprécie beaucoup ce blog, et d’ailleurs je vous invite vivement à lire l’article « Hypersensibles : transformer l’hypersensibilité en atout », qui est mon favori.

« Pour une enfance heureuse » – repenser l’éducation du jeune enfant à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau

Catherine Gueguen, pédiatre, explique tout au long de son ouvrage comment se développe le cerveau de l’être humain. Elle nous explique aussi en quoi notre attitude va impacter sur le développement du cerveau de l’enfant, et plus précisément sur le cortex orbito frontal. Il s’agit en réalité de la zone du cerveau qui nous aide à raisonner et à relativiser pour éviter d’être débordé par nos émotions.

Grâce aux neurosciences, c’est-à-dire, aux études scientifiques du système nerveux, tant du point de vue de sa structure que de son fonctionnement, nous sommes aujourd’hui mieux armés pour accompagner les enfants dans leur développement. Et d’ailleurs, les dernières découvertes sur le cerveau viennent énormément bouleverser notre compréhension des besoins de l’enfant.

La gestion des émotions chez l’enfant

Nous savons aujourd’hui que les jeunes enfants gèrent et contrôle très mal leurs émotions. Pourquoi ? Car leurs structures cérébrales ne sont pas encore suffisamment fonctionnelles pour le lui permettre. C’est qu’à partir de 7 ans environ qu’il commence à y parvenir. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’on appelle souvent cet âge-là « l’âge de raison ».

La gestion des émotions chez l’adulte

Les adultes, quant à eux, parviennent à gérer plus ou moins bien leurs émotions selon l’éducation qu’ils ont reçu. Ou plus exactement selon l’attitude que leurs parents ont eu à leur égard.

Le cortex orbito frontal de l’adulte se présente sous trois formes. Pour la première, il s’agit d’une structure saine et solide qui lui permet de contrôler ses émotions et de rester calme en toutes circonstances. La structure de la deuxième est quelque peu endommagée. Dans ce cas, la colère peut arriver rapidement. la troisième structure est très fragile, voire inachevée. Et dans ce cas-là, les adultes sont très colériques, violents et très anxieux.

La différence entre ces trois structures provient de l’éducation que nous avons reçu de nos parents. Et notamment de leurs attitudes. Dans le premier cas, l’éducation était basée sur la bienveillance et l’empathie. Dans le deuxième cas, l’enfant a subi des cris de la part de ses parents ainsi que quelques violences physiques. Enfin, dans le troisième cas, l’enfant a subi de la maltraitance.

Catherine Gueguen partage donc avec nous ses connaissances neuroscientifiques. Elles démontrent que les relations basées sur la bienveillance et l’empathie sont capitales pour permettre au cerveau de l’enfant de bien se développe. C’est en étant capable de se mettre à sa place et en verbalisant ce qu’il ressent que l’enfant pourra déployer son plein potentiel affectif et intellectuel. Aussi, elle nous aide à mieux comprendre les réactions de nos enfants et nous donne des outils et des conseils éducatifs.

Elle nous explique aussi que quand nous (re)vivons un conflit relationnel, nous avons la possibilité de donner une autre signification à ce à quoi nous sommes confrontés. Cela se nomme la réévaluation. Catherine Gueguen dit que cette attitude délibérée modifie notre état émotionnel.
Autrement dit, en utilisant cette technique de réévaluation, nous avons alors la possibilité de changer radicalement notre cerveau pour devenir plus positif et bienveillant.

Cet ouvrage remet en cause grand nombre d’idées reçues et fait du bien. Je suis intimement persuadée que c’est en accordant davantage d’importance aux émotions vécues par les enfants, et en minimisant moins leurs besoins, que nous aurons avec eux des relations saines et apaisées. L’empathie et L’éducation bienveillante sont donc les clés d’une relation sereine, stable et de confiance avec nos enfants. Et aussi, celles qui leur permettront de s’épanouir et de se développer librement, et avec enthousiasme.

Je vous invite à aller voir cette vidéo qui illustre plutôt bien ce que Catherine Gueguen a voulu faire passer comme message à travers son livre.


« Le concept du continuum »- La recherche du bonheur perdu.

l'éducation du jeune enfant selon les Indiens primitifs d'Amérique latine

Dans cet ouvrage, Jean Liedloff va à la rencontre d’un peuple d’Indiens autochtones, les Yékwanas. Très vite, elle constate qu’ils mènent une vie épanouie et harmonieuse.
Ainsi, fascinée par leur vie et le bonheur qu’ils reflètent, elle décide de passer deux ans et demi au plus profond de la jungle du Venezuela.

Son expérience sera riche et extrêmement inspirante. Elle décrit alors dans son livre le mode de vie de ce peuple d’Indiens « primitifs », et en particulier, leur façon de prendre soin de leurs enfants et de les accompagner naturellement dans leur développement. 

En vivant à leur contact, elle s’aperçoit à quel point, les modes de vie, dans les sociétés occidentales, ne permettent pas de répondre suffisamment aux besoins des jeunes enfants. Je parle ici de leur besoin de sécurité affective, d’attachement, de stimulation sensorielle et de mouvement. Tout ceci étant dû, en majeure partie, à un manque de contact physique avec le tout petit.

Le concept du continuum nous montre qu’en laissant notre intellect prendre le dessus sur notre instinct primitif, notre bonheur et notre bien-être naturel nous échappe. Mais pas d’inquiétude ! Car il nous explique également comment retrouver cette harmonie pour nous même et pour nos enfants.

J’ai dévoré son livre et il n’a fait que me conforter dans l’idée que le portage et le contact physique est essentiel pour le bon développement de l’enfant. D’ailleurs, pour celles et ceux qui ne l’auraient pas encore lu, je vous recommande vivement d’aller lire cet article complémentaire sur le portage physique et psychique du tout petit.

Enfin, je recommande à tous les parents, et futurs parents de lire cet incroyable ouvrage !


« Chasseur, Cueilleur, Parent »

Michaeleen Doucleff, écrit le livre qu’elle aurait souhaité qu’on lui tende lorsque sa fille de deux ans a commencé à avoir des crises de rages, des pleurnicheries et des demandes incessantes. Épuisée, gagnée par la dépression, Michaeleen ne sait plus comment la gérer. En réalité, elle rencontre des difficultés que tous les parents connaissent, ou presque !

En tant que journaliste américaine, elle est amenée à voyager dans le monde entier et notamment dans les contrées éloignées. Cela lui donne alors l’opportunité d’observer des parents du monde entier. Elle est alors en quête de conseils pour l’aider dans son rôle de maman. Elle souhaite pouvoir offrir à sa fille un environnement paisible et aimant. Par ailleurs, elle souhaite qu’elle puisse renforcer sa confiance en elle et intégrer des moyens de communications adaptés à son environnement.

Lors un voyage dans le Yucatán au Mexique, elle observe la manière dont les pères et les mères entrent en relation avec leurs enfants. Une façon totalement douce et bienveillante qui permettent aux enfants de devenir des êtres serviables et autonomes.

Cette expérience fascinante, elle décide d’aller vivre, avec sa fille Rosy, en immersion dans trois des plus vénérables communautés du monde : les Mayas, les Inuits et les Hadza. 

Tout au long de ses rencontres avec ces différents peuples, elle constate une parentalité aux antipodes de celle qu’elle pratique. Les parents communiquent avec leurs enfants sans cris et sans aucune des luttes de pouvoir.

Ils ont pu lui transmettre leur savoir-faire et leur savoir être en matière d’éducation du jeune enfant. Ils vont par exemple l’aider à communiquer avec sa fille sans crier, sans conflits et sans la punir.
Aussi, ils vont lui donner des outils de parentalité pour les aider à maîtriser leur colère et ainsi mieux gérer leurs émotions. Par ailleurs, ils lui ont montré comment apprendre à Rosie à être un enfant coopérant, généreux, responsable et serviable. Mais ce n’est pas tout. Ils ont appris à Michaeleen à accompagner sa fille afin qu’elle devienne autonome et confiante. Enfin, a l’issue de ces voyages, elle a pu acquérir une toute nouvelle manière d’être bienveillante et affectueuse avec Rosy.

Ce livre nous invite à repenser radicalement notre relation avec nos enfants. Aussi, l’auteure a testé les outils d’éducation de ces anciennes cultures sur sa fille. Et elle a obtenu des résultats dépassant toutes ses espérances. 

En résumé

Ces trois livres ont comme point commun l’idée que l’affection, l’empathie et la bienveillance sont les clés d’une éducation réussie. En étant à l’écoute de l’enfant, de ses émotions et de ses besoins, les parents tissent avec lui des liens de confiance qui leur permettront de se développer harmonieusement et en toute autonomie.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à télécharger en complément mon guide gratuit !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager! :)

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.