changer la couche d'un bébé debout peut être une bonne solution pour palier à son besoin de mouvement.

6 astuces pour changer la couche d’un bébé qui a du mal à coopérer

Dans ce nouvel article je vais vous donner quelques astuces pour changer la couche de bébé lorsqu’il a du mal à coopérer. Ce moment peut être parfois redouté par les enfants. De ce fait, il donne souvent du fil à retordre aux adultes qui prennent soin d’eux. Cela peut alors parfois engendrer des conflits.
Vous souhaitez avoir des conseils à mettre en place pendant le moment du change parce que bébé bouge dans tous les sens. Vous en avez marre qu’il attrape sans arrêt tout ce qu’il trouve autour de lui. Alors, suivez le guide!

[joli-toc]

Souvent, quand l’enfant gagne en autonomie, ne serait-ce que quand il commence à se déplacer, à s’asseoir ou à se mettre debout, le moment du change peut devenir difficile à vivre pour lui et vous. En effet, l’enfant a besoin de bouger et d’explorer le monde qui l’entoure. Voilà pourquoi, il peut avoir du mal à coopérer ou même refuser que vous lui changiez la couche. Il n’a souvent qu’une seule envie: continuer son activité!

1. Verbalisez ce que vous faites

Avant de changer la couche du bébé

Sachez qu’il peut être très frustrant pour l’enfant d’être interrompu en plein milieu d’une activité. Comment réagiriez-vous d’ailleurs si un collègue vous interrompait en pleine réunion pour aller déjeuner avec lui sans même vous laisser le choix? Pas sûre que vous appréciez sa réaction!

Voilà pourquoi, afin de l’aider à mieux vivre ce moment, je vous invite au préalable, à le prévenir de votre intention avec des mots simples. De plus, permettez-lui, dans la mesure du possible, de finir d’abord ce qu’il est en train de faire en lui donnant un repère de fin. Vous pouvez lui dire par exemple:  » Quand tu auras terminé de regarder les images dans ton livre, je t’emmènerais changer ta couche ». Cela vous permettra de respecter son activité, mais aussi de l’aider à anticiper le moment du change et de s’y préparer. Ainsi, vous l’aiderez à mieux vivre sa frustration s’il a vraiment du mal à se séparer de son activité.

Pendant le moment du soin

Ensuite, quand vous changerez la couche de bébé, verbalisez chaque action ou gestes que vous ferez sur son corps pour qu’il puisse se centrer dessus. Cela lui permettra alors de les anticiper, d’être rassuré et de participer progressivement à ce moment intime.

En effet, en verbalisant ce que vous faites pendant que vous changez sa couche, vous lui permettrez de prendre conscience de chaque partie de son corps que vous manipulez. Ainsi, progressivement il pourra devenir actif et accompagner chacun de vos gestes.

Quand j’accompagne Nathan dans la salle de bain pour changer sa couche, je veille toujours à lui transmettre les différentes étapes du soin en décrivant les gestes et les sensations qu’il ressent. Par exemple, au moment où je le déshabille, je vais lui dire « Nathan, je vais enlever ton pantalon, puis ouvrir ton body », puis je lui dirais « Voilà, c’est fait, maintenant je vais ouvrir ta couche pour la changer, puis je te nettoierais les fesses avec de l’eau chaude et du savon », « Ah, je vois que tes fesses sont un peu rouges, je vais y mettre un peu de crème, désolée, elle est un peu froide, »…

2.Invitez l’enfant à participer au soin

Vous l’aurez compris, quand l’enfant bouge sans cesse sur le matelas de change et qu’il veut tout attraper autour de lui, c’est tout simplement parce qu‘il a besoin d’être actif et en mouvement. Voilà pourquoi, pour palier à ce besoin, vous pouvez inviter l’enfant à participer au soin.

A titre d’exemple, quand vous lui retirez la couche, vous pouvez tout à fait lui dire: « Je vais t’enlever la couche sous tes fesses, pourrais-tu, s’il te plaît, soulever ton bassin pour m’aider? » Aussi, vous pouvez, par exemple, lui demander de vous aider à retirer son bras du body si vous êtes amenés à lui changer au cours du soin. Très rapidement vous verrez qu’il saura le faire tout seul.

Quand il grandira, vous pourrez même lui proposer de se nettoyer le siège avec un gant de toilette ou avec un coton. Il pourra aussi mettre sa couche tout seul. Vous pouvez lui faciliter la tâche en achetant des couches culottes. Mais sachez que beaucoup d’enfants aiment essayer de mettre seul une couche à scratchs. Cet exercice de motricité fine lui plaît souvent beaucoup. Vous pourrez également lui proposer de participer progressivement à son déshabillage puis à son habillage en procèdent par étape en lui installant une petite chaise dans son espace de change.

Pour changer la couche de bébé, vous serez amené à le déshabiller



Vous verrez alors qu’il sera beaucoup plus agréable pour lui d’être acteur de son soin car ainsi il ne subira aucun de vos gestes. Il acceptera très certainement davantage d’y participer et en retirera même un certain plaisir à le faire. Permettre à l’enfant d’être acteur de ses soins le valorise et le met en confiance. Enfin, ça l’aidera grandement à coopérer, à devenir autonome et à s’épanouir.

3. Sensibilisez-le à son environnement

Changer la couche d’un bébé est un moment privilégié entre l’enfant et l’adulte qui prend soin de lui. Vous pouvez en profiter pour le rendre attentif à son environnement en décrivant par exemple les objets qui se trouvent autour de lui. Cet échange peut éveiller sa curiosité et le rendre du coup attentif au moment qu’il est en train de vivre en votre présence. Vous pouvez aussi le laisser manipuler un objet cet environnement qu’il affectionne particulièrement comme un tube de crème bien fermé, un flacon, ou une brosse à cheveux. Cela lui donnera en plus l’occasion de faire une nouvelle expérience sensorielle.

4. Proposez-lui un jeu de « coucou-caché »

Vous pouvez aussi entamer, par exemple, un jeu de « coucou-caché ». Il plaît toujours beaucoup aux bambins de cet âge-là! Il existe différentes façons de le faire. En proposant à l’enfant de cacher son visage avec un linge par exemple, ou encore en vous cachant les yeux avec vos mains. Vous verrez que quand viendra le temps de l’imitation et du jeu symbolique, il aura beaucoup de plaisir à répéter vos gestes!

Actuellement, Nathan adore se cacher. Il m’arrive alors très souvent de lui donner un gant de toilette ou une couche dans ses mains. Puis, je lui propose de se cacher les yeux avec. Il adore ça et participe avec plaisir à ce jeu de coucou caché avec moi. Il pose alors l’objet de lui-même sur son visage, puis le découvre d’un coup en éclatant de rire.

5. Chantez-lui une comptine

Par ailleurs, vous pouvez aussi par exemple lui chanter un petit air ou sa comptine préférée. En effet, cela lui permettra d’entrer en relation avec vous. Dans ce cas, il sera certainement plus attentif aux gestes que vous ferez sur son corps. Il existe aussi des chansons qui permettent de nommer les différentes parties du corps humains. En voilà un exemple que vous pourrez totalement réadapter pour ritualiser le moment du change de la couche de bébé.

Vous pouvez entonner par exemple : Si tu veux être propre tu dois bien te laver, si tu veux être propre tu dois bien savonner: puis nommer les parties intimes que vous êtes en train de laver; c’est à dire les fesses, la vulve et le vagin pour les filles et le pénis et les testicules pour les garçons.

Et oui, parce que jusqu’à preuve du contraire c’est ainsi que l’on nomme les parties intimes non? Il s’agit bien d’une partie du corps au même titre que les bras ou les jambes. Alors pourquoi leur donner des surnoms lorsqu’on les évoque aux enfants? Le surnom est là, avant tout, pour masquer une gêne des adultes, car le terme anatomique est trop lié à la sexualité. Alors vraiment je vous encourage à employer les termes scientifiques exacts! Vraiment, ne soyez pas embarrassés car vous risquez sinon de transmettre cette gêne à l’enfant. Aussi, cela lui permettra de comprendre que cette partie de son anatomie n’est ni honteuse, ni à ignorer.

6. Changer la couche de bébé debout

Il n’est pas rare que les enfants n’aient plus envie de rester allonger sur le plan de change quand ils commencent à se mettre debout. Je dirais même que c’est tout à fait normal. Mes deux enfants sont eux aussi passés par cette phase-là.

Dans ce cas, à partir du moment où il se met debout par lui-même et qu’il tient en équilibre sans appuis, je vous propose alors de lui changer la couche debout! Et oui, tout simplement! Vous verrez que cela change tout. Par son refus de s’allonger, l’enfant exprime simplement son besoin de se mettre dans cette nouvelle position qui va lui offrir de nouvelles expériences et de nouvelles sensations. A la lecture de ces mots, je pense en avoir peut-être perdu certains d’entre vous. Mais en réalité, dans la majorité des cas, vous verrez qu’en répondant simplement au besoin de l’enfant cela changera vraiment son attitude. Si, si essayez! Vous verrez! Et facilitez-vous la vie! S’il vous paraît trop difficile de mettre une couche à scratch, mettez-lui une couche culotte.

Changer la couche de bébé debout sur une table à langer ou au sol?

Si vous vous sentez prêt à sauter le pas, vous devez peut-être vous demander comment vous allez procéder. Je vous suggère alors de tester deux options. En effet, vous pourrez soit changer la couche de bébé debout sur le plan de change, si l’espace que vous avez est assez large et qu’il vous paraît suffisamment sécurisé pour le faire. Sinon, changer sa couche au sol.

A vous de voir laquelle de ces deux options est la plus adaptée pour lui et vous. Chez moi, par exemple, je préfère changer la couche de Nathan au sol car ainsi, il peut se tenir à une poignée de tiroir, ou sur le rebord de la baignoire. Cela l’aide alors à maintenir son équilibre. Il peut arriver qu’un objet l’attire et qu’il ait envie de le manipuler pendant que je change sa couche. Cela ne pose alors aucun problème. Je lui installe alors l’objet à sa hauteur sur une chaise ou il peut simplement le garder dans ses mains.

Peut-on changer la couche de bébé debout quand il a fait une selle?

Alors il est évident qu’il est plus facile de changer une couche remplie d’urine debout qu’une couche contenant des selles. Cependant, c’est possible de le faire quand même! Et puis, si vous n’y arrivez pas et bien ce n’est pas grave. Essayez simplement et vous verrez. Sachez qu’il peut être pratique dans ce cas d’utiliser du liniment plutôt que de l’eau et du savon pour nettoyer le siège de l’enfant car ça reste un produit naturel et que vous n’aurez pas besoin de le rincer.

Si vous avez le temps, rien ne vous empêche de nettoyer le siège de l’enfant grossièrement, puis de lui proposer d’aller au bain dans la foulée. Installez-le alors directement face à la baignoire. Cela lui permettra de s’agripper au rebord pendant que vous le déshabillerez. Puis, changez lui la couche et hop! Au bain! Cela vous facilitera grandement les choses. Je fais ça très souvent avec Nathan quand je n’ai pas d’autres obligations à ce moment précis.

Et le body qui pend, on en fait quoi?

Pour changer la couche de bébé debout, je l'invite à se tenir au rebord de la baignoire, puis je remonte son body par dessus son épaule.

Si le body de bébé vous gêne au moment de changer sa couche parce qu’il pendouille sur ses parties intimes, j’ai une astuce pour vous! Relevez-le simplement, en enroulant les deux pans avant et arrière vers l’intérieur et de bas en haut. Sinon, remontez-les deux pans du body de part et d’autre le long du corps de l’enfant puis refermez un des boutons pression par-dessus l’épaule droite ou gauche de l’enfant. Et voilà le tour est joué! Je suis certaine que désormais vous utiliserez plus souvent cette astuce et qu’elle vous rendra vraiment service!

Ce qu’il faut retenir

Les enfants nous envoient des signaux, tous les jours, pour nous permettre de détecter et de mieux comprendre leurs besoins. Si l’enfant dont vous vous occupez a besoin de se mouvoir et de changer de positions alors, il s’y donnera corps et âme pour y parvenir.

Alors, si vous tenter de le freiner, ou de le contraindre, vous vous apprêtez alors à rentrer dans un rapport de force qui peut être sans fin! Voilà pourquoi dans cet article je vous invite alors à vous adapter aux besoins de l’enfant dans la mesure du possible. Attention, je ne suis pas entrain de dire qu’il ne faut jamais contraindre un enfant à quelque chose ni le contrarier. Je dis simplement que quand vous pouvez trouver une alternative sans que cela n’impacte trop vos propres besoins alors pourquoi l’en priver?

Pour changer la couche de bébé et l’aider à coopérer sans que cela devienne un vrai combat, mettez des mots sur ce que vous faites et sur ce que l’enfant ressent. Permettez-lui d’être acteur de son soin et changer lui la couche debout dès qu’il sera se mettre debout par lui-même et qu’il sera suffisamment en équilibre sur ses appuis. Essayez aussi de profiter du soin pour passer un moment privilégié avec lui et rendre ce moment ludique!

Si vous avez aimé cet article alors n’hésitez pas à le partager ou à laisser un commentaire.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager! :)

Vous pourriez également aimer...

7 commentaires

  1. Boehm a dit :

    Super ces astuces Aline!!

  2. sabrinaf1919 a dit :

    Merci pour cet article! Je ne vais pas tarder à utiliser ces précieux conseils car j’ai un bébé de 7 mois et il commence déjà à s’agiter lorsque je le change… Ca promet!

  3. Ce sont d’excellents conseils que tu nous partage. J’aime beaucoup le premier point, car souvent on oublie que, comme nous, l’enfant peut être occupé et ne pas vouloir arrêter tout de suite.

  4. Ton article tombe à pic ! Un grand merci 🙏. Ma petite de 14 mois est vraiment intenable en ce moment au moment du change et en effet elle veut être debout ! Alors dès demain je pourrais appliquer tes précieux conseils. ☺️

  5. Hello. Pour moi l’astuce de changer la couche debout a été révolutionnaire. L’essayer c’est l’adopter ! La nounou de ma fille m’avait montré comment faire, c’était top. 🙂

  6. Bastienne Nagy a dit :

    tout à fait d’accord quant à au surnom des parties intimes qui pour moi peut largement être évité. cela fait partie du langage bébé comme si un enfant, même petit, ne pouvait pas retenir les mots scientifiques. pour le reste, tout à fait ok aussi bien-sûr…

    1. Merci Bastienne, oui en effet, l’enfant est tout à fait en capacité d’entendre tous les mots que nous voulons bien lui offrir. Il est même en demande et nous surprend parfois quand on l’entend les répéter. Il sait parfaitement bien les employer en plus!

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.