La motricité libre, un concept développé par Emmi Pikler

La motricité libre: un concept développé par Emmi Pikler

Suite à un premier article, que j’ai publié le mois dernier, qui explique comment aménager un espace favorisant la motricité libre, j’ai décidé de vous parler davantage de cette thématique. La motricité libre est un vaste sujet que j’affectionne particulièrement et auquel j’attache beaucoup d’intérêt. Ainsi, pour pouvoir en parler en profondeur j’ai décidé de le traiter en deux parties. Cette semaine je parlerai donc d’Emmi Pikler et du concept de motricité libre qu’elle a développé pour accompagner l’enfant dans son développement psychomoteur. Puis, la semaine prochaine, je vous expliquerai d’avantage comment vous pouvez favoriser la motricité libre du bébé.

Il s’agit là d’une pratique qui est de plus en plus adoptée par les professionnels de santé et de la petite enfance, notamment, au sein des lieux d’accueils de jeunes enfants. De nombreux parents, eux aussi, souhaitent la pratiquer avec leurs bambins au quotidien.

Ces deux articles, complémentaires à celui sur l’aménagement de l’espace, vous éclaireront davantage sur ce qu’est la motricité libre. Aussi, ils vous aideront à mieux comprendre les différentes étapes du développement de l’enfant. Enfin, je souhaite qu’ils puissent vous aider à vous lancer et à mettre en place cette pratique, en toute simplicité, auprès des enfants que vous accompagnez au quotidien.

Alors, chers lecteurs, si vous ne connaissez pas encore le concept de motricité libre, si vous n’êtes pas encore tout à fait convaincus des bienfaits que cela apporte à l’enfant ou si vous avez besoin d’informations supplémentaires et de pistes pour vous lancer, ces articles sont faits pour vous. Je vous invite donc à les lire sans plus attendre!


Qu’est ce-que la motricité libre selon Emmi Pikler?

La motricité libre” ou “motricité autonome” est un concept qui provient des travaux d’Emmi Pikler, pédiatre hongroise. Elle l’a développé dans les années 60 en s’inspirant de son expérience à Loczy, une pouponnière hongroise créée en 1947 à Budapest.

Pour Emmi Pikler, la motricité libre “consiste à laisser libre cours à tous les mouvements spontanés de l’enfant sans les lui enseigner. Elle part du principe que “toutes les contraintes qui empêchent l’enfant de bouger ou les incitations trop précoces à accomplir des gestes non maîtrisés par l’enfant retardent son développement et son autonomie.

Autrement dit, elle est convaincue que l’enfant n’a pas besoin que l’adulte intervienne dans son développement psychomoteur pour franchir les différentes étapes qui le constituent. Cela ne signifie pas de ne pas s’occuper de l’enfant, bien au contraire, mais de l’accompagner par un regard bienveillant et encourageant. Vous devrez aussi veiller à lui offrir un environnement stimulant, adapté et sécurisant. Nous en reparlerons de façon plus approfondie dans un second temps.

Tout comme Maria Montessori, Emmi Pikler ” préconise l’observation et l’accompagnement des jeunes enfants par la création d’un cadre de vie stimulant et sécurisant, sans que l’adulte interfère dans leurs apprentissages “. (source : Wikipédia définition de la motricité libre)

Pour favoriser la motricité libre du bébé il est alors nécessaire de le laisser libre de ses mouvements. Cela lui permet alors d’explorer son corps et le monde qui l’entoure en toute autonomie. Alors, il pourra se développer à son rythme, étape par étape, et s’épanouir en toute confiance. De plus, cette liberté donnée aux enfants leur apporte un sentiment d’accomplissement et de sécurité.

Ainsi, grâce à la motricité libre, le développement psychomoteur du bébé s’acquiert naturellement et dans un ordre bien précis.

Le développement psychomoteur du bébé étape par étape

Dans cette partie, je vais donc aborder avec vous les différentes étapes que l’enfant va franchir naturellement si vous mettez en place la motricité libre en pratique et que vous permettez donc à l’enfant de se développer par lui-même.

La posture sur le dos

Le nouveau né, tranquillement allongé sur le dos, aura plaisir à agiter ses bras et ses jambes. Il prend conscience alors de ses capacités à se mouvoir. Quand ses mains et ses pieds entreront dans son champ de vision, il commencera à les attraper. Et, par réflexe, il les portera à sa bouche. Ainsi, il se musclera et en amenant ses pieds à sa bouche il se mettra en boule. Cette phase est essentielle pour que l’enfant puisse rouler sur le côté et se retourner sur le ventre. Enfin, grâce à sa peau, il ressent de nombreux stimuli sensoriels. Il découvre aussi des sensations différentes dans son corps.

Nathan est allongé sur le dos sur un tapis d'éveil. Il est ainsi complètement libre de ses mouvements.
Nathan, allongé sur le dos sur un tapis d’éveil, est ici complètement libre de ses mouvements.

Le retournement

Progressivement alors, le bébé enroulera son dos pour se mettre sur le côté. Puis, souvent entre 4 et 6 mois, il parvient à se mettre sur le ventre en faisant une rotation et en roulant. C’est à partir de cette posture sur le ventre qu’il pourra commencer à se déplacer. Il va s’entraîner alors longuement à se retourner du ventre au dos et du dos au ventre. Aussi, dans cette position, à plat ventre, vous pourrez parfois l’observer “faire l’avion”. Il tend alors les bras devant lui ou sur le côté, tend ses jambes et lève la tête. Vous verrez aussi certains enfants pivoter sur le ventre.

Nathan, s'est retourné sur le ventre et redresse sa tête.
Nathan, s’est retourné sur le ventre et redresse sa tête.

La reptation

Puis, à partir de 6 mois environ suivra la phase de reptation. Lorsque le bébé est sur le ventre, il commencera à ramper. Au départ, il redressera sa tête et son buste et reculera en poussant sur ses bras. Puis, il trouvera les bons appuis qui lui permettront de pousser sur ses orteils tout en tirant sur ses bras pour avancer. C’est en ramenant son pied opposé au niveau de ses fesses qu’il arrivera à se propulser.
Aussi, bien souvent, c’est la motivation qu’il aura à aller saisir un objet qu’il convoite qui l’aidera à s’élancer et à ramper.

Le quatre pattes ou “la quadrupédie”

Ensuite, généralement entre 8 et 10 mois, à force de se gainer et de se tracter il arrivera à avancer un genou, puis l’autre. La, il s’installera progressivement dans la posture à 4 pattes. Quand il arrivera à trouver son équilibre et à tenir cette position sur ses bras tendus et sur ses genoux, il aura alors plaisir à se balancer d’avant en arrière.

Enfin, pour se déplacer il devra alterner les mouvements des bras et des jambes. Il s’agit du même schéma dont l’enfant doit se servir pour ramper et qui constituera ensuite la marche. Cela lui demande beaucoup de concentration et une bonne coordination des deux côtés du corps. Ainsi, il fera travailler les deux hémisphères de son cerveau.

Nathan se gaine en se mettant en appui sur ses bras et sur ses orteils.
Nathan se gaine en se mettant en appui sur ses bras et sur ses orteils.
Nathan, ici, se met à quatre pattes pour la première fois.
Nathan, ici, se met à quatre pattes pour la première fois.

La position assise

C’est à partir de la quadrupédie qu’un jour le bambin saura s’asseoir par lui-même en basculant son bassin, en poussant sur ses bras et en redressant son buste. Là, il pourra explorer le monde sous un nouvel angle. Au départ, il aura encore besoin d’un peu de temps pour trouver son équilibre. Puis, au bout de quelques jours il sera complètement à l’aise dans cette posture. Il pourra alors manipuler des objets facilement et expérimenter autrement le matériel qui sera à sa portée.

Selon Emmi Pikler, il est nécessaire que l'enfant soit libre de ses mouvements pour franchir seul chaque étape de son développement.
Nathan vient de réussir à s’asseoir seul.

De la posture debout à la marche.

Enfin, progressivement, depuis la posture à quatre pattes, il se verticalisera en se hissant sur des plans plus élevés. Il s’aidera alors d’un meuble ou d’un mur, par exemple, pour se mettre en posture debout avec appuis.

Comme Emmi Pikler l'expliquait, la motricité libre permet à l'enfant de se développer naturellement.
Ici, Nathan, à genoux, cherche un appui pour se redresser.
Pour Emmi Pikler, grâce à la motricité libre, l'enfant pourra se déplacer et se mettre en mouvement en toute autonomie.
Nathan, pose un genou à terre pour prendre appui avant de se mettre debout.
Comme Emmi Pikler le disait, c'est en pratiquant la motricité libre que l'enfant devient acteur de son développement.
Nathan est en posture debout avec appui.


Puis, progressivement, il maitrisera son équilibre et parviendra à rester en position debout sans se tenir. Enfin, il passera d’un meuble à l’autre de plus en plus régulièrement, en se lâchant de plus en plus. Et, quand il se sentira suffisamment prêt il sera alors temps pour lui de faire l’expérience de la marche, tout seul, sans qu’on ait eu besoin d’intervenir.

Selon Emmi Pikler , la motricité libre permet à l'enfant de se développer librement
Nathan marche ici de façon assurée.

Ce qu’il faut retenir

Dans cette première partie, vous aurez compris que pour Emmi Pikler, la motricité libre est un concept qui permet à l’enfant de se développer librement et de façon totalement naturelle. Ainsi, il franchit chaque étape de son développement en toute autonomie, sans que l’adulte n’ait besoin d’intervenir. Aussi, vous aurez appris qu’en interférant ou en contraignant l’enfant dans une position qui ne lui permet pas de se mouvoir librement cela peut entraver son bon développement.

Dans la deuxième partie de cet article, nous verrons comment favoriser la motricité libre du bébé. Je vous donnerai des conseils pour que vous puissiez bien prendre conscience de votre rôle et savoir comment accompagner l’enfant au quotidien. Je vous expliquerai entre autres comment lui offrir un environnement adapté, sécurisé et rassurant pour qu’il puisse s’épanouir, se développer à son rythme, librement, et en toute autonomie.

Si vous avez apprécié cet article, je vous invite à laisser un commentaire :-).


Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager! :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez également aimer...

16 commentaires

  1. faire-decouvrir-l-ecologie-aux-enfants a dit :

    Merci de retracer parfaitement les différentes étapes du développement psychomoteur, qu’on a souvent tendance à oublier ou à vouloir précipiter ! La motricité libre est tout à fait en adéquation avec le respect de ce rythme. Hâte de lire la suite de cet article pour savoir comment accompagner nos enfants dans cette évolution !

    1. Merci Mélanie, tout est dit! Le tout c’est de respecter le rythme de l’enfant en l’accompagnant avec bienveillance.

  2. clairedoulanaissance a dit :

    C’est dingue, aujourd’hui on doit réapprendre aux parents les choses qu’autrefois ils faisaient naturellement…
    Tellement on leur a lavé le cerveau avec un million de théories différentes, qui finalement s’avèrent bien loin d’être saines.
    Notamment, on nous a bourré le crâne sur des histoire d’apprentissages, alors qu’en effet, le plus efficace est d’encourager l’autonomie, pour tous les apprentissages…

    1. C’est vrai ce que tu dis là Claire. C’est parfois difficile de s’y retrouver pour les parents et de savoir quoi faire pour bien s’occuper de son enfant. On entend tout et son contraire. Alors ce n’est pas vraiment facile de faire le tri dans tout ça.

  3. J’ai vraiment apprécié lire cet article en conscience. Avec les bases toutes simples ! Je n’ai pas encore d’enfants mais je trouve cela très intéressant de me reconnecter à ce qui est essentiel et naturel même avant d’en avoir un. Cela m’a donné envie de lire la suite 😊

    1. Merci Valériane pour ton commentaire! je suis contente que mon article t’ait plu.

  4. sabrinaf1919 a dit :

    Merci pour cet article! Je suis en plein dedans! Mon bébé ne fait pas de 4 pattes, mais depuis ce matin il se met debout dans son lit (en tenant les barrières bien sûr). On l’a toujours laissé libre de ses mouvements et voir ses progrès c’est magnifique!

    1. Merci Sabrina pour ce partage! Je vous souhaite de belles expériences en motricité libre.

  5. Sophie a dit :

    Bravo Aline encore un super article ! C est top de pouvoir revoir les étapes de la motricité de l enfant et d apprendre à respecter son rythme !

    1. Merci beaucoup Sophie! je suis contente qu’il t’ait plu

  6. Très bon article. C’est étonnant de voir que, sans guider l’enfant, il soit naturellement poussé à vouloir faire évoluer sa motricité.

    1. Merci Guillaume pour ta remarque qui est très juste!

  7. Vincent a dit :

    Bonjour Aline,
    Merci pour cet article et merci de nous parler des travaux d’Emmi Pikler. Un sujet passionnant qui nous rappelle avec bienveillance que la nature est bien faite !

    1. Avec plaisir Vincent! Et oui je suis tout à fait d’accord avec toi, la nature est bien fait, alors permettons aux enfants de se développer en toute autonomie.

  8. […] voir son excellent article sur les bienfaits de marcher pieds-nus pour l’enfant, ainsi que sur la motricité libre, qui sont des pratiques évidentes chez nous pour nos […]

  9. […] complètement aux principes de la motricité libre développés par Emmi Pikler donc mes enfants ont toujours pu se mouvoir à leur aise. Ils ont été […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *